Idées du Continent

Tambour : partir à la conquête du monde en relookant un produit « Made in Africa »

produits sodabi tambour
Tombés sous son charme lors d’un séjour au Bénin, deux jeunes Américains ont décidé de revisiter le sodabi, une liqueur traditionnelle à base de vin de palme, pour en faire un alcool haut de gamme et international.

De Sodabi: une liqueur pour paysan ouest-africain…

Le sodabi est une liqueur artisanale, obtenue à partir de la sève de palmiers à huile, et consommée surtout par les classes populaires au Bénin, au Togo et au Ghana. Préparée de façon traditionnelle, la sève fermente avant d’être distillée dans des alambics rudimentaires chauffés au feu de bois. La liqueur obtenue est ensuite conservée dans des bouteilles en verre ou en plastique recyclées. Dans les villages, les producteurs ajoutent parfois des feuilles ou fruits macérés pour en améliorer le goût et/ou lui apporter les vertus médicinales.

« Ça existait depuis longtemps, mais ce n’était pas connu hors de la région. Alors on s’est dit qu’on pourrait être les premiers à faire connaître le sodabi dans le monde entier! En plus, il y a toute une culture derrière », explique Jake Muhleman qui a découvert le produit, en 2012, en rendant visite à son ami, Eric Newton, volontaire dans le nord du Bénin pour Peace Corps, une ONG américaine.

… À Tambour : un produit raffiné et marqueté pour conquérir le monde

Pour réussir leur projet de valoriser le sodabi et l’exporter aux 4 coins du monde, Eric et Jake misent sur la qualité et un design très étudié.

Ils revisitent la recette originelle du sobadi en y rajoutant 14 ingrédients dont le miel, le gingembre ou l’hibiscus, des arômes à la fois fruités et épicés qui adoucissent le breuvage. « C’est ce qui donne à notre boisson sa couleur cuivrée » précise Jake.

Ils ont dû également investir dans 3 distillateurs modernes qui respectent les normes internationales en matière d’alcool.

La marque Tambour a été choisie car elle est « facile à prononcer en anglais », et parce que le tambour « est lié à la culture d’ici, les gens l’associent à l’Afrique de l’Ouest », ajoute Jake.

La consécration est venue en 2015, lorsque « Tambour Original » a reçu la médaille d’argent au San Francisco World Spirits Competition, devant les whiskys écossais Johnny Walker Red Label et Black Label. Un bon tremplin pour le bon vieux sodabi, dégustable désormais dans les bars branchés de Cotonou à New York, et qui est en passe de réussir sa conquête du monde, après un bon relooking marketing.

Photo, Crédits: AFP

Articles similaires

IDOOH, le leader singapourien du DOOH s’attaque au marché Nigérian

Rédaction AM

Quand Trump inspire les publicitaires des sh**hole countries

Rédaction AM

La ruée vers le Nollywood à la demande

Rédaction AM

Leave a Comment

* En postant des commentaires, vous acceptez leur utilisation par ce site.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies et nos CGU. Notre objectif est de vous offrir la meilleure expérience possible. J'accepte En savoir plus